Prosyl - tomberry.free.fr

Home-cinéma


Sommaire :

Historique

Au début

Tout a commencé en 1998, lorsque je lisais des bouquins de jeux vidéos parlant de décodages perfectionnés (Dolby Pro-Logic) qui allaient plus loin que la simple stéréo ! En effet, soit disant, des enceintes arrières et une centrale s'ajoutaient à la paire d'enceintes stéréo. En plus, les arrières fonctionnaient à des moments précis mais en mono pour simuler un son provenant de derrière l'auditeur. Terrible ! Sur le magazine en question, le dossier spécial concernait entre autre le jeu Formula 1 97 et Wipeout 2097 (dont le son surround est bizarrement géré) sur Playstation utilisant ce procédé diabolique.

A cette époque, je possédais simplement une TV Thomson mono (limite compatible 60 Hz/NTSC), avec un écran bien bombé.

Un certain Noêl 1998, j'ai pu choisir d'acquérir un Ampli Sony STR-DE225 (4x40W DIN sous 4 Ohms), un monstre de finesse et de puissance ;-) associé à des enceintes de récupérations la plupart sans marque et datant sûrement de plusieurs années... Les pires étant les arrières 10W musicaux sous 4Ω (hum). La centrale était le genre d'enceintes qu'on pouvait mettre à l'arrière de sa voiture.

Puis le caisson de graves arriva durant l'été 1999, et ce fut un sacré coup de pied aux fesses (la démonstration même du manque de basses des autres enceintes).

Mon premier home-cinéma Pro-Logic fonctionnel au complet -1999- !


Haut de page

Les changements

A partir de 2001, j'ai pu faire quelques acquisitions pour améliorer tout cela. Tout d'abord la TV, changée par une TV Grandin 55 cm en Juin 2001. L'achat du pack d'enceintes Infinity Reference MKII courant l'été 2001 qui déjà mettait au placard mes premières enceintes. D'ailleurs, je ne montait pas trop le son avec le Sony de peur de griller ces enceintes, vu sa puissance...

Logiquement, l'amplificateur devait aussi être remplaçé. Et voilà, l'amplificateur Yamaha rxv-630rds version titane alimenta tout cela en début 2003 avec en plus, un lecteur dvd Pioneer DV454S pour remplaçer ma PS2, qui ne savait plus lire les films sur dvd...

Résumé du changement -2003- :


Haut de page

Les optimisations

Pour fignoler tout cela (il me semblait avoir un déséquilibre à l'arrière), j'ai pris un sonomètre.

Après quelques lectures sur un topic assez marrant, j'ai tenté de prendre un ampli soit-disant hifi à 50 € ! Le Sonic Impact T-Amp (avis). Il y avait une bonne différence avec le Yamaha...!

En suivant le même esprit, le Super T-Amp suivit, et je trouve cela bien sympa pour le prix. En effet, j'avais pu écouter un Rega Mira 3 avec un lecteur Planet (il me semble) sur des Triangle Comet, je n'avais pas aimé du tout, le son était trop manipulé à mon avis (de plus les T-Amp avaient plus de patate !).

C'est là que se rejoignent le home-cinéma et la hifi, puisque le Super T-Amp alimentait les frontales et me servait lors de l'écoute de cd. Un projet de DIY (Do It Yourself -faire soi-même-) concernant un ampli classe T est terminé et remplace le Super T-Amp pour la Hifi (voir partie Hifi).

Février 2007, la TV me lâche, elle a donc pu être remplacée par une LCD Sony KDL-32V2500. Les réglages actuels sont les suivants :

Septembre 2009, arrivée de la PS3 !

Octobre 2009, mon Aiwa TS-W50 a sa suspension de membrane déchirée, remplacé par un Velodyne CHT10-Q, la claque !

Mai 2010, mon AMP5 (DIY) est terminé et remplace le Super T-Amp pour alimenter les frontales.

Août 2012, achat du préamplificateur Lexicon MC-8 (mis à jour en dernière version).

Avril 2014, acquisition de la PS4, en remplacement de la PS3 (non branchée).

Mai 2015, la construction de l'amplificateur de classe T, AMP10, est terminée et remplace l'AMP5 pour les frontales. L'AMP5 est utilisé pour la centrale et l'enceinte arrière droite. Le Super T-Amp n'alimente plus que l'arrière gauche. Le Yamaha rxv -630rds n'est plus branché.


Haut de page

Aujourd'hui

Voici la liste actuelle :


Haut de page

Réglages

Comment régler son HC ?

Les réglages sont différents en fonction de la taille de la pièce, les caractéristiques des enceintes et de l'amplificateur. Certains possèdent un micro pour la calibration facilitant la tâche de l'auditeur. Le première chose à faire est de placer correctement ses enceintes : symétrie (pour que la scène sonore soit centrée), éloignement des coins du mur pour éviter des graves trop lourds et peu précis (voir sur le site de Dolby pour plus d'informations pour les placements recommandés).

Ensuite, si vous n'avez pas de micros avec l'ampli, vous allez vous lancez dans l'ajustement du niveau des enceintes. Il est rare d'avoir des enceintes frontales, centrale, arrières de même sensibilité. Il faut utiliser le Test Tone de votre ampli pour cela. N'hésitez pas à monter le volume sonore avec ce test pour bien entendre les différences de niveau entre chaque enceinte. Il est tout à fait possible d'avoir des valeurs différentes même avec des enceintes identiques (à cause de la pièce notamment).

Si vous possédez un sonomètre, ce sera encore plus précis. Il y a plusieurs modes opératoires, mais celui que j'utilise est le suivant : lancez le test tone de l'ampli et réglez le sonomètre sur la position C (lent) et sur la position entre 70 et 80dB (selon les crans de l'appareil). Montez le son de l'ampli jusqu'à ce que le sonomètre se stabilise sur la valeur choisie entre 70 et 80dB. Passez d'enceintes à enceintes en montant ou descendant les valeurs sur l'ampli pour que le sonomètre indique la même valeur partout (si vous avez suivi, celle choisie entre 70 et 80dB). Voilà c'est réglé ! Par contre, n'espérez pas pouvoir régler votre caisson de graves avec, sauf si vous possédez un sonomètre de compétition !

Une fois ceci fait (le plus simple), la partie gestion des enceintes au niveau de l'amplificateur, graves et taille des enceintes.

Haut de page

Les graves

Normalement, vous pouvez déclarer vos enceintes en small ou large. Cela va changer la manière dont l'ampli va redistribuer les graves. L'idéal serait de n'avoir que des enceintes en large, capables de reproduire des graves profonds. Celles-ci sont généralement hors de prix.

Large signifie que toutes les informations sonores destinées à cette enceinte seront envoyées intégralement. En small, les graves trop graves, en-dessous de la fréquence de coupure définie dans l'ampli, seront redirigés vers le caisson de graves ou s'il n'y en a pas, vers les enceintes paramétrées en large. Il vous faut donc faire attention et savoir si vos enceintes sont capables ou non de reproduire des basses suffisamment profondes pour éviter de perdre des informations sonores (typiquement manque de graves).

Pour faire simple et éviter un maximum de pertes, si vous n'avez pas des colonnes ultra haut de gamme mais un caisson tout à fait correct (c'est essentiel pour le rendu en homecinema), mettez-les en small, sinon en Large. Si vous n'avez que des enceintes en small, prenez impérativement un caisson de graves de qualité sinon le rendu manquera cruellement de basses (un explosion par exemple ressemblera à un froissement de papier :-)) ou au contraire le pauvre caisson sera surchargé !

Le caisson de graves est la partie la plus délicate à régler car il doit être transparent et non localisable. On ne doit pas savoir qu'il fonctionne !

Haut de page

Le caisson de graves

On arrive au point le plus délicat car soit les basses seront trop envahissantes et désagréables (voir moches car surcharge du caisson), soit trop discrètes, dans ce cas on perd en immersion, voir tout simplement des informations sonores dans les graves.

Dans un premier temps, procurez-vous un cd de test ou une plage wav que vous graverez sur un cd audio à faire lire sur votre lecteur audio. Si possible, prenez un test avec des graves allant de 250Hz à 30Hz par exemple, ceci dans le but précis de déterminer si la transition entre graves des enceintes en small et le passage sur le caisson de graves est transparente. De même, cela permet de savoir s'il y a des trous ou des bosses dans la restitution des graves par le caisson.

Le réglage du volume du caisson permet de ne pas le surcharger ou au contraire de relever son niveau pour coller à celui des enceintes qu'il accompagne. La phase du caisson (entre 0 et 180) permet de modifier la diffusion des graves dans la pièce et mieux ajuster sa transparence avec les autres enceintes (aide aussi pour les éventuels creux ou bosses du rendu). Ne pas oublier non plus le positionnement du caisson dans la pièce, cela joue également.
Le Test bass du THX Optimizer (contenu dans certains DVD) est bien utile car il passe de 200Hz à 20Hz. Le rendu doit paraître fluide et transparent par rapport au passage sur le caisson. Si vous avez un ampli assez récent, il peut vous proposer plusieurs coupure pour les graves, servez-vous en pour coller au mieux à votre configuration. N'oubliez pas que moins le caisson a de fréquences à reproduire, mieux il restituera celles qu'il doit restituer. Typiquement, un caisson reproduisant les graves entre 200Hz et 20Hz aura intérêt à être de bonne qualité ! Aussi, le caisson ne doit pas fonctionner durant toute la durée de tous les films, sachez que des passages sont calmes et si le caisson est discret, c'est sûrement voulu par l'ingénieur du son. Tant que vos tests avec le cd de basses sont cohérents, conservez ses réglages. Tous les DVD ne sont pas bien mixés et certains vous feront douter de vos réglages (personnellement, le film Terminator 2 en VF DD5.1 avait des graves surgonflés et mal placés, tout comme la version DTS de I-Robot en VF).

Voilà ! Vous pouvez à présent vous prendre la tête avec les réglages de caisson !

Haut de page
Site web édité entièrement avec vim
Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Promouvoir et soutenir le logiciel libre